Accueil > Communication > Newsletter scientifique > Actualités en rapport avec nos thématiques

Actualités en rapport avec nos thématiques RSS des Actualités en rapport avec nos thématiques

Page(s) : < | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 87 |

22 mars 2017

Une meilleure compréhension de la reproduction de l’olivier

La connaissance du mode de reproduction de l’olivier a connu récemment une avancée importante grâce à l’étude d’une espèce proche, la filaire. Chez la filaire, comme chez l’olivier, le risque d’incompatibilité entre le pollinisateur et les stigmates d’une plante est de l’ordre d’une chance sur deux. Cette découverte sur la reproduction de l’olivier pourrait expliquer les faibles rendements de certains vergers, d’après des travaux de chercheurs du CNRS, de l’université de Lille et d’équipes italiennes et marocaine, publiés récemment dans Evol Appl.

Lire la suite

22 mars 2017

Forêts tropicales : une diversité insoupçonnée d’organismes unicellulaires complexes

Les forêts tropicales possèdent une diversité insoupçonnée d’organismes unicellulaires eucaryotes (ou protistes). C’est ce que révèle une équipe internationale menée par l’université de Kaiserslautern et incluant des océanographes de la station biologique de Roscoff (CNRS/UPMC), qui ont apporté leur savoir-faire issu des expéditions Tara Océans. Selon ces résultats, les protistes sont bien plus diversifiés que les champignons, les plantes et les animaux y compris les insectes et constitueraient donc potentiellement le plus grand réservoir d’espèce de notre biosphère. Les espèces de protistes dévoilées s’apparentent en grande partie à des parasites apicomplexes, connus pour infecter les insectes, les oiseaux et d’autres animaux. Ceux-ci pourraient contraindre la taille des populations animales et donc permettre l’extraordinaire diversification des espèces observée aujourd’hui dans ces sanctuaires de biodiversité que sont les forêts tropicales. Ces travaux sont publiés dans la revue Nature Ecology & Evolution le 20 mars 2017.

Lire la suite

22 mars 2017

La discrimination de genre existe aussi en science

La discrimination de genre se niche même là où on ne l’attend pas. Une équipe internationale, impliquant Demian Battaglia, chercheur CNRS à l’Institut de neurosciences des systèmes (Inserm/AMU) et des chercheurs de Yale et de l’Institut Max Planck (Allemagne), vient de démontrer que les femmes sont sous représentées dans le mécanisme de révision des publications scientifiques. Ces travaux sont publiés dans la revue eLife le 21 mars 2017.

Lire la suite

17 mars 2017

L’urbanisation affecte la croissance du moineau domestique

Pour les organismes vivants, l’urbanisation est synonyme de multiples contraintes par rapport au milieu rural. La conséquence est une biodiversité urbaine appauvrie, même si un petit nombre d’espèces s’est adapté. Chez les oiseaux, certaines espèces inféodées au milieu urbain semblent pourtant en déclin. C’est notamment le cas du moineau domestique (Passer domesticus), dont les populations ont chuté de 64 % en Europe depuis les années 1980. Les causes restant mystérieuses, une équipe de chercheurs du CNRS, du Centre d’études biologiques de Chizé et au Muséum national d’Histoire naturelle a mené une étude pour évaluer dans quelle mesure la « qualité » des individus varie entre moineaux ruraux et urbains, en se basant sur des données concernant leurs plumes et leur morphologie. Ces données, collectées sur 30 sites de France métropolitaine par les bagueurs bénévoles du Centre de recherches sur la biologie des populations d’oiseaux, font de ce programme un bel exemple de sciences participatives. Les résultats, publiés dans la revue Landscape and Urban Planning, démontrent que les moineaux domestiques sont d’autant plus petits qu’ils vivent dans un milieu fortement urbanisé, et que la qualité du plumage des juvéniles est fortement altérée en milieu urbain.
Des études supplémentaires sont désormais nécessaires afin de déterminer quels sont les facteurs de stress liés en milieu urbain qui affectent le plus l’espèce.

Lire la suite

17 mars 2017

Les requins s’organisent en un réseau social robuste au prélèvement

Le rôle qu’un individu joue au sein de son réseau social contribue non-seulement au maintien de la cohésion de la population mais peut aussi influencer la robustesse du réseau face aux perturbations environnementales ou anthropiques. Des chercheurs du Centre de Recherche Insulaire et Observatoire de l’Environnement (CRIOBE USR3278, PSL Research University : EPHE - CNRS - UPVD) publient un article dans la revue Biology Letters dans lequel ils démontrent que les interactions entre requins au sein du réseau social rendent le réseau robuste à un prélèvement de ses membres. Ces travaux montrent aussi que les requins sont capables d’apprendre rapidement remettant en cause les conditions de base des modèles écologiques de capture-recapture pour estimer les stocks des populations sur lesquels se base les modèles de pêche.

Lire la suite

Page(s) : < | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 87 |